Strona g³ówna

Nie! w Islandii [fr]
[2010-03-07]

Islande : « non », les contribuables n'ont pas à payer

Les premiers résultats indiquent un rejet massif de la loi Icesave par les islandais, à plus de 95% contre (1% pour et 4% d'absention). Cette loi aurait obligé de verser 3,8 milliards d’euros, soit 12 000 euros par habitant islandais, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Les citoyens islandais refusent ainsi de payer pour les errements du système bancaire privé et de gouvernements irresponsables.

La banque en ligne Icesave opérait au Royaume-Uni et aux Pays-Bas en prenant tous les risques et en proposant des rémunérations mirobolantes à ses clients. Victime de ses propres combines financières, la banque s'écroulait dès 2008. Le Royaume-Uni et les Pays-Bas réclament à présent à l'Islande le remboursement des sommes qu'ils ont dépensées pour dédommager les clients lésés par la faillite d'Icesave. Ils prétendent s'appuyer pour cela sur le droit européen et la garantie en dernier ressort de l'État islandais, ce que les Islandais contestent.

Dès 2008, suite à l'écroulement d'Icesave, le Royaume-Uni avait recouru à la législation antiterroriste pour geler les avoirs islandais, étouffant davantage l'économie islandaise. Aujourd'hui, pour faire payer la dette aux contribuables islandais, le Royaume-Uni et les Pays-Bas multiplient les menaces d'isolement économique, d'annulation des soutiens promis et de refus d'adhésion à l'Union européenne. Cela avec l'appui du Fonds monétaire international, de l'Union européenne et des autres pays européens, pour qui la bonne image du secteur bancaire européen passe avant la reconstruction économique et sociale d'un pays.

Les lobbies financiers accusent maintenant les Islandais de ne pas prendre leurs responsabilités. Nous considérons au contraire qu'ils prennent une position responsable : pour la première fois, de façon concrète, les citoyens refusent de payer pour les énormes risques pris par des banques privées et des investisseurs dans le seul but d'une rentabilité maximale du capital. Ce « non » a été soutenu par la société civile islandaise dont Attac, qui vient de se créer en Islande. Il fait écho aux mobilisations des citoyens grecs qui refusent de payer les pots cassés de la crise sous la pression de la spéculation monétaire. Il donne corps à toutes les revendications visant à imposer de fortes régulations publiques au système financier, à commencer par une taxation internationale sur les transactions financières.

Contacts : Aurélie Trouvé et Thomas Coutrot (coprésidents d'Attac France, tél : 06 17 17 50 87 et 06 24 56 79 32)

Bjarni Guðbjörnsson (Attac Islande, tél : 00354 552 0237)



(Pierwszy komunikat ATTAC w jêz. francuskim, niebawem inne wersje jêzykowe)


Je¶li chcesz do³±czyæ i pomóc nam w t³umaczeniach, zapraszamy i prosimy o kontakt: attac @ attac.org.pl

powrót

Aktualno¶ci
- Strona g³ówna
- Wiadomo¶ci Attac
- Inne dzia³ania

Attac
- Publicystyka
- Przes³ania
- Attac w mediach
- Nasze media
- Ksi±¿ki
- Filmy
- Katalog stron
- Inne linki

Polskie Forum Spo³eczne
- Deklaracja PFS z podpisami
- Wiadomo¶ci PFS

Dokumenty
- Dokumenty programowe
- Uchwa³y, komunikaty
- O¶wiadczenia
- Finanse
- Konto Attac

Struktura
- Kontakt
- Zarz±d

Other languages
- English
- French
- Deutsch

FAQ
- Czy wiesz, ¿e...
- Nasze cele

Copyleft 2004 Stowarzyszenie ATTAC Polska, e-mail: info@attac.org.pl, http://attac.org.pl