French

La troisième rencontre des comités d'attac locaux à Berlin
[2008-05-08]

Répétition générale révolutionaire pour l'UEE

La troisième rencontre des comités d'attac locaux à Berlin

Pour la plupart satisfaits des résultats se montrèrent les au moins 26 participant/es de la rencontre de base des comités locaux d'attac à Berlin (la troisième de son genre après celles de Iéna-Weimar en 2006 et Toulouse en 2007), dont 6 de France (3 de Paris, 2 de Toulouse-Tarn et 1 de Lyon), 2 de Pologne (Kielce), 2 de Russie (collèges de la fondation Alternativy, laquelle ensemble avec l'institut de Boris Kagarlitskii pour réflexion altermondialiste critique et l'institut de Carine Clément pour actions collectives appartient aux partenaires les plus proches d'attac Europe en Russie), 5 membres de la commission UE d'attac Allemagne, 1 Attaci de Wismar, 1 de Leipzig, 4 de Iéna-Weimar, 1 d'Erfurt et 5 berlinois/es des commissions contre la guerre, contre la privatisations des chemins de fer, Commission Projet Contre l'Agenda 2010, commissions langue et commission Europe... La rencontre commença par un dîner-buffet dans l'air doux du début mai de Berlin devant l'attacafé. La manifestation traditionnelle du matin des syndicats du DGB de la rue Keith jusqu'à la porte de Brandenbourg était malheureusement un peu gâchée par la pluie, mais après un bref repos au attacafé l'on se rassembla de nouveau pour la parade alternative du EuroMayDay de la Square Boxhagener jusqu'à celle de Lausitz, et là enfin, temps, atmosphère ainsi que créativité politique étaient tous de la partie. D'une part étaient thématisés des sujets comme précarité et marginalisation, de l'autre côté aussi des débats de théorie sociale, dans des slogans comme: “Le communisme, après tout, ça ne serait pas si mal...“, “Le Communisme, c'est un rêve!“, ou respectivement: “N'attendons pas le communisme!“ Déjà secs et bien ensoleillés nous arrivâmes au stande d'attac: “Jouez aux quilles contre la privatisation!“ à la Square Marianne. Le lendemain à la “Maison de la démocratie“ de Berlin commencèrent les séminaires dont les conclusions pourraient presque servir d'inspiration de nouveau à un “Manifeste de Berlin“, semblable au “Manifeste de Weimar“ issu de l'avant-dernière recontre. En ce qui concerne le premier thème de la privatisation les participant/es concluèrent que pour basculer les privatisations il faut 1) un but rélativement restraint, que l'on ne peut donc pas, comme le PC russe, demander une révision de toutes les privatisations, mais devrait se contenter d'empêcher des projets concrets individuels ou d'essayer de les resilier; 2) une alliance large, et 3) qu'il est important d'éviter la corruption et surtout de sauvegarder l'indépendance vis-à-vis des partis politiques. Comme illustration servirent des cas de Iéna, Erfurt (appartements), Leipzig (services municipaux) et Berlin (eau). Dans l'après-midi nous nous concentrèrent alors, inspirés par une présentation de diapositives détaillées par les attacis parisiens, sur l'ainsi-dite flexicurité par laquelle la Commission UE comprend une combinaison de la flexibilisation des marchés du travail avec atténuation simultanée par la sécurité sociale, tandis qu'en réalité des dévéloppements en France, Pologne, Allemagne et la comparaison avec la Russie montrent clairement qu'on aboutit à une élimination de sécurité sociale, des salaires dumping, la discrimination des jeunes, des plus âgés (surtout pensionnaires) et migrant/es et des situations difficiles de logement, que l'on peut donc plutôt parler de “flexicarité“, à dire flexibilité plus précarisation. Vers le soir, nous sommes alors passés à la discussion de l'Europe globale, où orateurs et participant/es à la discussion de l'Allemagne et de France retinrent en accord qu'il existe une relation étroite entre gouvernements et groupes de lobby et que, bien qu'une coopération encore beaucoup plus étroite est visée, il y existe déjà une collaboration très proche entre l'Europe et les États-Unis (example TABD, Dialogue Transatlantique d'Affaires, et initiatives du Council on Foreign Relations), ce qui détermine de façon décisive les traités commerciaux injustes, commercialisation de l'armement et militarisation et négociations climatiques bloquées, ainsi que bien sûr le traité de Lisbonne en train d'être ratifié. Ce thème et d'autres étaient encore continués et approfondis lors des dîners amicaux, avec caisse solidaire (!), le 1er et 2 mai, et pendant la promenade altermondialiste pour les derniers infatiguables. Le couronnement final de la rencontre fut, le samedi, la discussion de la constitution alternative européenne alternative inspirée par les attacis lyonnais (que vous pouvez trouver sur le site web d'attac Lyon), dont la discussion se prolongea jusque dans l'après-midi quand vraiment les dernières devaient rentrer à la maison. La tentative des Lyonnais de vraiment ancrer démocratie et séparation des pouvoirs à l'échelle européenne était apprécié et il y avait des commentaires estimés utiles a propos de la politique monétaire, le règlement de la défense du pays et des questions de propriété (liberté de circulation de capitale et taxation d'entreprises). Sur ce dernier point le représentant d'attac Lyon proposa une taxation aussi bien des différences salariales au sein des entreprises ainsi que des dividendes payées ainsi qu'un renforcement de la co-gestion dans les entreprises. En plus le pouvoir du capital devrait être restreint aussi par des limitations étroites sur la création privée de crédit, mais aussi sur des dépenses budgétaires non-investives encore dans le cadre du système existant. Il sera installé un WIKI maintenant dans lequel l'on pourra aussi introduire des commentaires en allemand et en italien et l'on appelle très chaleureusement à la coopération. L'on propose de se concentrer, lors de la prochaine rencontre, probablement ou bien en Pologne ou bien à Paris surtout sur le travail sur la constitution alternative, dont la popularisation et le succès équivaudrait certainement à une sort de “révolution“, ainsi le mot de conlusion du collègue de Lyon.


Carla Krüger

commission fédérale Europe d'attac Allemagne

powrót

Aktualno¶ci
- Strona g³ówna
- Wiadomo¶ci Attac
- Inne dzia³ania

Attac
- Publicystyka
- Przes³ania
- Attac w mediach
- Nasze media
- Ksi±¿ki
- Filmy
- Katalog stron
- Inne linki

Polskie Forum Spo³eczne
- Deklaracja PFS z podpisami
- Wiadomo¶ci PFS

Dokumenty
- Dokumenty programowe
- Uchwa³y, komunikaty
- O¶wiadczenia
- Finanse
- Konto Attac

Struktura
- Kontakt
- Zarz±d

Other languages
- English
- French
- Deutsch

FAQ
- Czy wiesz, ¿e...
- Nasze cele

Copyleft 2004 Stowarzyszenie ATTAC Polska, e-mail: info@attac.org.pl, http://attac.org.pl